Ir a Planeta Futuro
Lola Huete Machado

Youssou Ndour: un nouveau destin de président?

Por: | 03 de enero de 2012

Yousouu ndorecelebregion

VERSIÓN EN CASTELLANO

Il y a des hommes qu'on ne présente pas. Leur travail parle pour eux. Des hommes dont le nom, les oeuvres, s'imposent à nous et qui, même s'ils ne font l'unanimité, forcent le respect. Des hommes qui ont le mérite de leur place, de leur fortune ou de leur célébrité et qui marquent à jamais l'histoire de leur communauté, leur pays. Sans risque de nous tromper, on peut dire que le chanteur sénégalais Youssou Ndour fait partie de cette race d'hommes "bénis" par les dieux. Adulé aux quatre coins du monde, invité sur les plus grandes scènes musicales depuis 30 ans et reçu par les plus grands hommes, You, comme on l'appelle au Senegal n'est plus seulement le chanteur le plus populaire de son pays mais comme l'avait remarqué le magazine Times en 2007, l'une des personnalités africaines les plus influentes de ce dernier siècle.

 

Né en 1959 à Dakar, Youssou Ndour a grandi dans le quartier de la Médina, premier quartier populaire à l'époque de la colonisation. Quartier aussi qui, du fait de sa mixité ethnique a toujours été un creuset culturel d'où sont sortis plusieurs grands noms du théâtre, de la danse, du cinéma et de la musique sénégalaise.

C'est donc dans cet environnement que le jeune Youssou Ndour se lance d'abord dans le théâtre à l'âge de 11 ans ( au grand dépit de ses parents qui rêvaient de le voir étudier) avec la troupe Sine Dramatique. Remarqué pour sa voix singulière il rejoindra au bout d'un an l'orchestre Diamono puis le Star Band à 15ans. A 20 ans, il crée avec un autre chanteur, El Hadj Faye, l'Etoile de Dakar qui plus tard deviendra le Super Etoile de Dakar quand il se séparera de ce dernier en 1981. Depuis Youssou Ndour a sorti des centaines de chansons, réalisé des centaines de hits et popularisé le mbalakh ( avant son arrivée la salsa cubaine était la musique la plus populaire) qui est aujourd'hui encore le genre le plus écouté au Sénégal. A travers des albums comme Nelson Mandela (1986), The Lion (1989), Eyes Open (1992), The Guide (1994), Set (1990), Nothing's In Vain (2002) et des dizaines d'autres, il aura abordé toutes les questions essentielles à l'Afrique et au Sénégal telles l'environnement, l'unité africaine, l'immigration, la conservation des valeurs africaines, la guerre, etc.

Cet "engagement" ainsi que son ouverture d'esprit musicale qui lui a très tôt fait mélanger le mbalakh à d'autres musiques du monde lui vaudront de travailler avec des artistes comme Peter Gabriel, Paul Simon, Spike Lee, Wyclef Jean, Sting, Axelle Red, Bruce Springsteen, etc. Il fut aussi l'un des artistes les plus en vue militant pour la libération de Mandela et participa en 1988 à la tournée mondiale d'Amnesty International Human Rights Now! Aux côtés de Tracy Chapman, Sting et Peter Gabriel. Ambassadeur de l'Unicef, Youssou Ndour est pratiquement sur tous les fronts et sa dernière campagne est en faveur de la Corne de l'Afrique pour sauver la Somalie de la famine.

 

Mais au Sénégal, Youssou Ndour n'est pas seulement connu comme étant ce chanteur au succès planétaire. Il est aussi un homme d'affaires et depuis quelques années investit beaucoup dans les médias. De ce que l'on sait, son aventure d'investisseur a commencée avec la création du studio Xippi et du label Jololi (1997) qui sortit de l'ombre de jeunes artistes tels Cheikh Lô, Viviane Ndour, Titi, Pape et Cheikh tout en ressuscitant la carrière d'artistes traditionnels comme Ndiaga Mbaye ou encore Kiné Lam. A la même période, You devient actionnaire du journal l'Info 7 qui se dotera plus tard d'une radio, 7FM. Mais après des démêlés judiciaires avec ses autres associés, Youssou Ndour quittera pour créer le Groupe Futur Médias en 2003. Aujourd'hui 8 ans après, son groupe de presse est doté d'un quotidien, l'Observateur, tiré à plus de 60.000 exemplaires, de la radio RFM et d'une chaîne télé, TFM, qui a commencé ses programmes en Août 2010 après un long bras de fer avec le pouvoir en place qui refusait de lui céder une licence.

Ces derniers mois cependant, Youssou Ndour n'a pas fait l'actualité pour sa musique mais plutôt pour son intrusion de plus en plus marquée dans le champs politique (ce qu'il avait jusqu'ici évité) et qui s'est soldée ce 02 Janvier par sa candidature à l'élection présidentielle de Février 2012. Malmené pendant deux ans par Wade et son fils, il avait fini  par créer son propre mouvement citoyen "Fékké Ma Ci Boolé" pour dire son engagement en tant que citoyen et sa volonté de ne plus laisser la gestion des affaires publiques entre les seules mains de l'Etat... Comptant à coup sûr sur sa célébrité, Youssour Ndour cherche donc aujourd'hui à gagner les voix des sénégalais et devenir ainsi le prochain président. Cette candidature, même si elle divise les sénégalais, est en tout cas prise très au sérieux par les partis politiques puisqu'ils lui ont toujours fait la cour pour son soutien ajouté au fait qu'il est érigé en modèle par beaucoup de jeunes sénégalais qui voient en lui l'exemple type du self made man.

Les questions que tout le monde se pose aujourd'hui donc sont: quelle est la véritable capacité de nuisance de Youssou Ndour? Ne travaille t-il pas à affaiblir l'opposition traditionnelle en risquant de disperser les voix contre Wade? N'aurait-il pas fait mieux de s'aligner derrière un candidat plus "crédible"? Sa candidature n'est-elle pas seulement motivée par ses intêrets propres? Les semaines à venir apporteront sûrement des réponses à ces questions.  En attendant, sa déclaration de candidature semble montrer qu'il prend son nouveau rôle très au sérieux en interpellant toutes les couches de la société sénégalaise et en déroulant un programme qui couvre des secteurs sensibles tels l'économie, la santé, l'éducation, l'agriculture, l'emploi, etc.  

 

Quelle que soit l'issue de cette candidature, il est évident pour beaucoup que Youssou Ndour n'en sortira pas indemne puisque déjà en Novembre, certains collaborateurs de Wade lui promettaient la guerre si toutefois il s'aventurait dans la politique. Maintenant que c'est fait, des dossiers relatifs à sa gestion de projets tels Jokko (qui visait à réduire le fossé numérique), Birima (une mutuelle de micro-crédit avec la marque Benetton), End Malaria, le financement de sa télévision, seront à coup sûr remis sur la table pour le destabiliser.

Hay 2 Comentarios

Youssou Ne Dour peut représenter l'émergence du Sénégal. L'engagement de l'agenda de développement dans les domaines de l'économie, santé, éducation, etc. à l'aide de la société sénégalaise engagée donnera le résultat attendu.

Salut Cheick, Difficile à voir comment pourrait-il contre Wade (et son fils). aussi, comment joindre une opposition incapable de porter un "leader" crédible? Le mécontement est énorme au Sénégal, surtout avec la deception des années Wade. Très important aussi, la décission des marabouts face aux candidats (les vrais décissionaires des votes dans le pays). Dewenati 2012! Juan

Publicar un comentario

Si tienes una cuenta en TypePad o TypeKey, por favor Inicia sesión.

Sobre los autores

Lola Huete Machado. Redactora de El País y El País Semanal desde 1993, ha publicado reportajes sobre los cinco continentes. Psicóloga y viajera empedernida, aterrizó en Alemania al caer el muro de Berlín y aún así, fue capaz de regresar a España y contarlo. Compartiendo aquello se hizo periodista. Veinte años lleva. Un buen día miró hacia África, y descubrió que lo ignoraba todo. Por la necesidad de saber fundó este blog. Ahora coordina la sección Planeta Futuro.

Chema Caballero Chema Caballero. Llegó a África en 1992 y desde entonces su vida giró en torno a sus gentes, su color y olor, sus alegrías y angustias, sus esperanzas y ganas de vivir. Fue misionero javeriano y llevó a cabo programas de educación y recuperación de niñ@s soldado en Sierra Leona durante dos décadas, que fueron modelo.

José NaranjoJosé Naranjo. Freelance residente en Dakar desde 2011. Viajó al continente para profundizar en el fenómeno de las migraciones, del que ha escrito dos libros, 'Cayucos' (2006) y 'Los Invisibles de Kolda' (2009), que le llevaron a Marruecos, Malí, Mauritania, Argelia, Gambia, Cabo Verde y Senegal, donde aterrizó finalmente. Le apasiona la energía que desprende África.

Ángeles JuradoÁngeles Jurado. Periodista y escritora. Trabaja en el equipo de comunicación de Casa África desde 2007. Le interesa la cultura, la cooperación, la geopolítica o la mirada femenina del mundo. De África prefiere su literatura, los medios, Internet y los movimientos sociales, pero ante todo ama a Ben Okri, Véronique Tadjo y Boubacar Boris Diop, por citar solo tres plumas imprescindibles.

Chido OnumahChido Onumah. Reputado escritor y periodista nigeriano. Trabaja como tal en su país y en Ghana, Canadá e India. Está involucrado desde hace una década en formar a periodistas en África. Es coordinador del centro panafricano AFRICMIl (en Abuja), enfocado en la educación mediática de los jóvenes. Prepara su doctorado en la Universidad Autónoma de Barcelona. Su último libro se titula 'Time to Reclaim Nigeria'.

Akua DjanieAkua Djanie. Así se hace llamar como escritora. Pero en televisión o en radio es Blakofe. Con más de tres lustros de carrera profesional, Akua es uno de los nombres sonados en los medios de su país. Residente en Reino Unido, fue en 1995, en uno de sus viajes a Ghana, cuando llegó su triunfo televisivo. Hoy vive y trabaja entre ambos países. La puedes encontrar en su página, Blakofe; en la revista New African, en Youtube aquí o aquí...

Beatriz Leal Riesco Beatriz Leal Riesco. Investigadora, docente, crítica y comisaria independiente. Nómada convencida de sus virtudes terapéuticas, desde 2011 es programadora del African Film Festival de NYC. Sissako, Mbembe, Baldwin y Simone la cautivaron, lanzándose a descubrir el arte africano y afroamericano. Su pasión aumenta con los años.

Otros autores

Facebook

MAPA

mapa de África

Nube de tags